La bonne stratégie de pêche en sèche (Partie 1/2)

Vous trouverez dans ce nouvel article, quelques conseils qui vous rendrons certainement service lors de la reprise de notre activité favorite pour pêcher en mouche sèche.


Peche à la mouche sèche dans les Pyrénées

Tout d'abord , bien préparer son matériel

Tout doit être en ordre, Le moulinet parfaitement garni, c'est à dire avec la bonne quantité de backing pour que la soie ne frotte pas sur les extérieurs du moulinet et ainsi qu'elle ne s’abime pas. Le bas de ligne doit être changé au début de la saison pour être sûr de ne pas risquer une casse en raison de sa vétusté. Il doit être adapté à la pêche du jour. Inutile d'avoir un bas de ligne de 6 mètres pour pêcher une petite rivière.


Les outils doivent être soigneusement rangés dans le gilet et judicieusement positionnés. Les boites de mouches doivent être attachés au gilet pour éviter de finir dans la rivière parce qu'elles ont glissé de vos mains.


Vos bobines de fil doivent être vérifiées. En effet, rien n'est plus fragile que vos nylons ou fluorocarbonne. Pour information, un nylon qui a passé l'hiver dans un garage ou qui est resté depuis la saison dernière dans la voiture, est bon à jeter. Le froid, la chaleur, les UV nuisent à l'intégrité de vos nylons et les rendent cassant, donc inutilisables.


Les Waders doivent être vérifiés et réparés si nécessaire. Rien de plus désagréable qu'une fuite lorsque l'on rentre dans de l'eau à moins de 10 degrés et que l'on doit abandonner à cause du froid. Ils doivent être adaptés à la température de l'eau, on préfèrera des waders néoprènes par eaux froides et respirants par la suite.


Les chaussures doivent elle aussi être vérifiées notamment au niveau des lacets, des clous et de la semelle. Si c'est usé, on change. C'est un gage de sécurité car c'est la seule chose qui vous garde debout dans la rivière.

Pour information, ceux qui se rendent en Espagne doivent oublier les chaussures avec des semelles en feutre, qui sont interdites.

En ces temps de pandémie, je conseille d'ailleurs des chaussures avec une semelle Vibram et de bons clous. Ces semelles évitent le transport de maladies d'une rivière à l'autre (La PKD par exemple qui touche de nombreux cours d'eau). Si vous ne savez pas quoi acheter comme chaussures, je vous conseille les chaussures Andrews que vous pourrez trouver chez River-shoes. Je n'ai pas d'actions chez lui mais c'est LE meilleur rapport qualité prix du moment, et si mes camarades de l'équipe de France, champions du Monde l'ont choisi, ce n'est pas par hasard. Je les utilise depuis maintenant deux ans et je vous garantis la qualité.



Une jolie fario prise en mouche sèche par mon ami Jean-Claude


Le matériel vérifié et préparé, passons maintenant à l'arrivée au bord de l'eau.

Avant de se précipiter dans l'eau, il est indispensable de choisir un bon poste d'observation pour prendre la température de ce qui se passe sur l'eau.


Cela peut faire votre partie de pêche.Le bon poste doit vous permettre d'avoir une vue large sur la rivière, avec différents type de courants (calmes, lisses, radiers, bordures, veines profondes). De cette manière vous aurez toute l'opportunité de voir les gobages. Votre ouïe doit également être en éveil comme tous vos autres sens. Certaines fois, on ne voit pas mais on entend, on perçoit .... Tout cela vous donnera une bonne idée de ce qui se passe et ou les choses sérieuses vont pouvoir commencer.

Si des gobages sont en cours, il faut prendre le temps de bien observer, quel type de poste, à quel rythme ils se produisent, le type d'éclosion, le type d'insectes s'il est visible, la localisation des veines d'eau, des contres courants, bref tout ce qui pourra vous aider par la suite à séduire dame Fario.



Une jolie rivière des Pyrénées


Ne pas hésiter à prendre des repères, qui vous permettrons de poser la mouche là ou il faut, dans la bonne veine et ainsi augmenter vos chances de capture. Tout peut vous servir de repère, un gros caillou, un herbier, un tronc d'arbre, une veine de courant, un reflet sur l'eau, un ligne de bulle sur l'eau, etc...

Même chose pour le niveau d'eau, un repère est primordial et une observation régulière de ce repère vous indiquera tout changement de niveau sur votre rivière (Attention aux rivières avec des barrages !!!)

Une fois toutes les informations réunies et analysées, il est temps de trouver notre poste d'attaque.


Le placement que vous allez choisir est primordial : il devra vous permettre d'avoir la meilleure dérive, le meilleur angle d'attaque. Il faudra que le dragage soit évité, le lancer aura donc toute son importance. Tout cela en ayant également le moins de contraintes ou de gènes possibles. En plus de tout ça , il faudra évidement anticiper le combat à venir avec le poisson et donc éviter tout obstacle que la truite n'aura aucun mal à trouver. N'oubliez pas qu'elle maitrise parfaitement son environnement, pas vous. Tout cela demande donc une certaine réflexion.


Si on a bien observé, on devrait être capable de séduire la truite. En priorité, on utilisera une mouche qui ressemble à ce que l'on a observé sur l'eau, sinon une mouche d'ensemble fait en général bien l'affaire, l'oreille de lièvre en particulier.



Le top de la pêche à la mouche sèche, n'est ce pas Théo ;-)


Attention aux changements incessants de mouche et à la multiplication des dérives. Beaucoup de pêcheurs et notamment les débutants, changent leur diamètre de fil ou préfèrent changer de mouches à tout va, parce qu'il ne prennent pas le poissons plutôt que de s'attarder sur la qualité de la dérive. En règle général, une bonne dérive sera sanctionnée par un gobage sur votre mouche, sous réserve qu'elle ne drague pas! Inutile de descendre en diamètre infiniment fin si l'on est pas capable de faire une bonne dérive, Cela n'a jamais fait monter un poisson !


A l'inverse, ne jamais changer de mouche peut vous faire perdre votre partie de pêche. En effet, il arrive que Dame Fario soit très sélective. Donc si la dérive est correcte et que vous êtes certains d'être parfaitement passé sans dragages à plusieurs reprises, et que le poissons n'a pas pris votre mouche , alors il est temps de changer. On changera de taille de mouche, généralement pour une plus petite ou d'espèce d'insecte.

361 vues

François "DIPTERIA", Moniteur & guide de pêche

"spécialiste Mouche"

en Haute Garonne, Ariège et Catalogne (Esp)

 

Me contacter

Siret : 88141779400016

© 2019 - 2020 - tous droits réservés - François Chardon-Perez