La bonne stratégie de pêche en sèche (Partie 2/2)

Maintenant que nous avons vu le matériel, le poste d'observation, la prise de repères, la dérive correcte, c'est à dire une dérive propre, sans dragage et au bon endroit, nous allons parler de l'approche.

On n'arrive pas sur son poste de pêche comme on court pour gagner un sprint. Il ne faut pas oublier les règles de base de l'approche.

En gros, et même si je n'aime pas ce terme, vous êtes le "prédateur" et la truite la "proie", ou je devrais plutôt dire, vous êtes le prince charmant et la truite, la belle à séduire.... puisque nous pratiquons tous le NO-KILL :-)

Marcher dans l'eau, ça s'apprend ! La truite, comme toute bonne "proie", a suivi le cours de l'évolution et s'est doté, au cours des millénaires, d'outils sensoriels très performants et parfaitement adaptés à son milieu.

Le premier de ces outils est la vue. La truite dispose d'une excellente vision, aussi bien monoculaire que binoculaire. Chaque œil à une vision d'environ 180° et se recoupe sur environ 30° en binoculaire devant, mais aussi au dessus. Il faut donc tenir compte de cette vue perçante. Plus l'eau sera lisse et calme, plus la truite captera le moindre mouvement, plus il y aura de courant et de tumulte, moins la vision du monde extérieur pour la truite sera facile. C'est un élément très important à bien prendre en compte.


Schema de la vision d'une truite

Mais ce n'est pas tout, grâce à son oreille interne et sa ligne latérale la truite est capable de percevoir toutes les vibrations et ondulations autour d'elle et ce de très loin.

Il faudra donc adapter ses mouvements, pour éviter au maximum d'alerter la truite tant convoitée.

Pour ce faire, il faudra entrer dans l'eau doucement et relativement loin des gobages, marcher sans se précipiter à pas de velours, utiliser le courant pour se laisser glisser furtivement, privilégier une approche par la zone aveugle, si cela est possible.


grace à sa vision la truite a parfaitement identifié sa proie.

Par eaux basses et claires, mais pas que, il faudra se fondre le plus possible dans l'environnement. Plus vous serez proche du sol moins vous serez repérable. En effet la diffraction entre l'eau et la terre fait que plus on est bas et près du sol plus on disparait du cône de vision des poissons.

Entre le pécheur debout vêtu en couleurs vives et le pêcheur baissé, en tenue neutre, il n'y a pas photo. L'un sera repéré rapidement, l'autre pourra approcher très près. Je vous conseille donc d'approcher le plus lentement possible en évitant de faire des vagues et en prenant votre temps. Cela vous permettra encore d'accroitre la précision des informations que vous aurez engrangé au cours de cette approche.


Une bonne position pour pêcher une rivière claire et basse

Parlons maintenant distance de pêche. La tentation de lancer toujours plus loin ne joue pas à votre avantage. Ce n'est pas parce que c'est loin que c'est mieux, bien au contraire ! En effet, aller chercher le gobage le plus loin, parce que l'on a l'impression que c'est le plus gros poisson, vous prive certainement de nombreuses captures. Tous les poissons entre vous et ce fameux gobages seront couvert par votre soie et se caleront pour un petit moment.


Prendre son temps, analyser et se positionner correctement vous rapportera bien plus. En règle général, 90% des prises se font entre 10 et 15 mètres. De surcroit, plus vous pêchez loin, plus vos dérives seront aléatoires et plus vous risquez d'augmenter vos taux de décroches et de casses. Il faut donc faire le bon choix !


Pour finir, aucun poisson ne vaut de prendre des risques insensés pour votre sécurité. Savoir renoncer n'est pas un acte anodin, mais c'est un acte de maitrise et de responsabilité. Inutile donc de vous engager sur des fonds profonds ou des courants trop violent au risque de vous faire emporter , voir pire. La pêche est une passion qui à les limites que l'on s'impose mais la sécurité n'a pas de prix. En ces temps de crise sanitaire, vous prenez la mesure de ces mots sans aucun doute.

Prenez soins de vous et de vos proches, et à bientôt pour un nouvel article.

251 vues

François "DIPTERIA", Moniteur & guide de pêche

"spécialiste Mouche"

en Haute Garonne, Ariège et Catalogne (Esp)

 

Me contacter

Siret : 88141779400016

© 2019 - 2020 - tous droits réservés - François Chardon-Perez